Abraham et Lot.

En Chaldée, non loin de la ville de Babylone,  vivait Abraham, un descendant à la 10ème génération de Sem, qui avait gardé la foi véritable (orthodoxie) en Dieu, alors que tout autour de lui s'était répandue l'abominable idolâtrie.

    C'est-à-dire, à cause de l'oubli et l'ignorance de Dieu, devant tous ces éléments naturels que les hommes païens ne pouvait pleinement comprendre, s'étaient développés la superstition, le culte non pas du Créateur, mais de la création, des choses, des animaux et des forces naturelles.

      Pour protéger de cette mauvaise influence le Juste Abraham, sa famille et sa descendance, Dieu lui apparut et lui dit : « Sors de ta terre, de ta parenté et de la maison de ton père pour aller dans le pays que Je te montrerai . Et Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, (...) et en toi seront bénies toutes les tribus de la terre ».    

    Ainsi non seulement Dieu lui indique la Terre Promise, ce pays que le Seigneur réserve au Patriarche et à sa descendance, comme préfiguration du Royaume céleste, mais Il lui annonce le destin extraordinaire de ce Peuple élu, qui doit, par la naissance en son milieu du Christ, apporter le salut à toute l'humanité.

    Par cet exil volontaire, Abraham nous montre comment atteindre le Royaume de Dieu, la vie dans l'Esprit Saint, en s'écartant de tout ce qui peut constituer pour notre âme une idolâtrie. C'est pourquoi aussi certains chrétiens l'imitent en se retirant dans des monastères ou des ermitages, quittant leur famille et leur terre.

Cette terre où part Abraham, avec sa femme Sara et son neveu Lot, leurs serviteurs et leurs troupeaux, c'est le pays de Chanaan, que l'on appelle aujourd'hui la Palestine. Là, quand leurs bergers commencèrent à se disputer, Abraham et Lot décidèrent sagement de se séparer, Lot s'installa à Sodome non loin du Jourdain et Abraham habita près de Hébron, au Chêne de Mambré.

    Or un jour des chefs locaux se firent la guerre et dans la défaite du roi de Sodome, Lot avec tous les siens fut fait prisonnier. Abraham se porta à son secours, vainquit ses ennemis et le délivra. 

Alors vint à sa rencontre Melchisédec, roi de Salem et prêtre du Dieu Très-Haut, qui apporta des pains et du vin et bénit Abraham, qui lui donna par respect de Dieu la dîme, c'est-à-dire le dixième de ses ressources. Nous voyons là l'exemple des offrandes que nous devons faire à l'Eglise, car Melchisédec, ce personnage mystérieux à la fois prêtre et roi, préfigure le Christ. 

Abraham et Sara, déjà âgés, n'avaient pas d'enfant, mais ils en avaient reçu la promesse divine. Un jour leur apparurent sous le chêne de Mambré trois Anges sous l'aspect de voyageurs. Avec amour et respect, Abraham les accueille, les installe, leur lave les pieds puis leur fait préparer par Sara un riche repas. C'est ce que représente l'icône dite « de l'hospitalité d'Abraham », ou encore de la Trinité, dont     
l'icône de l'hospitalité d'Abraham
ces trois Anges qui parlent d'une seule voix sont l'image.    

    L'hospitalité c'est l'exemple même de l'amour pur, humble et désintéressé, agréable à Dieu, qui est Amour parfait. C'est pourquoi il est naturel que les Anges annoncent alors à Abraham et Sara la naissance d'un fils, Isaac. 

Ils révèlent aussi qu'à l'inverse les villes de Sodome et Gomorrhe, où règnent le péché et la haine de l'hôte étranger, vont être frappées par le feu céleste.

    Abraham, dans sa compassion, qui doit nourrir toute vraie prière pour autrui, intercède pour Sodome et Dieu lui promet d'épargner la ville si seulement s'y trouvent dix justes. Hélas, quand deux Anges s'y présentent, seul Lot les traite avec respect et les protège des outrages des autres habitants. 


C'est pourquoi les Anges le font fuir à l'aube lui, sa femme et ses filles, avant la destruction de la ville. Malgré la défense divine, la femme de Lot se retourna pour regarder et fut changée en statue de sel : tel est le danger pour nous de la curiosité malsaine alors que nous devons nous concentrer sur ce qui contribue à notre salut.