PRÉPARATION A LA COMMUNION

 

 

 

Par les prières de nos Pères saints, ô Seigneur Jésus Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Amen. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi ! et la suite des prières initiales (cf. p.2) jusqu’à Notre Père…

Seigneur, aie pitié ! (12 fois)

Gloire ..... maintenant .... amen. Venez, adorons …

 

Puis on récite les psaumes suivants (22, 23 et 115) :

Le Seigneur est le pasteur qui me conduit, rien ne me manquera. Dans de verts pâturages Il m’a fait demeurer, près des eaux de repos Il m’a établi. Il a fait revenir mon âme, Il m’a guidé dans les sentiers de la justice, à cause de Son Nom. Même si je marche au milieu des ombres de la mort, je ne craindrai aucun mal, car Tu es avec moi. Ton sceptre et Ta houlette, ce sont eux qui me consolent. Tu as préparé devant moi une table, contre ceux qui m’oppriment. Tu as parfumé d’huile ma tête, et que ma coupe enivrante est exquise ! Et Ta miséricorde me suivra tous les jours de ma vie, afin que j’habite dans la maison du Seigneur en la longueur des jours.

 

Au Seigneur est la terre et sa plénitude, l’univers et tous ceux qui l’habitent, car c’est Lui qui l’a fondée sur les mers, et qui l’a établie sur les fleuves. Qui montera à la montagne du Seigneur, et qui se tiendra dans Son lieu saint ? L’homme aux mains innocentes, au cœur pur, celui qui n’a pas livré son âme à la vanité et qui n’a pas juré pour tromper son prochain. Celui-là obtiendra la bénédiction du Seigneur et la miséricorde du Dieu son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, qui cherchent la Face du Dieu de Jacob. Levez vos portes, princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le Roi de gloire entrera. Qui est ce Roi de gloire ? Le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans le combat. Levez vos portes, princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le Roi de gloire entrera. Qui est ce Roi de gloire ? Le Seigneur des Puissances, c’est Lui le Roi de gloire !

 

J'ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé ; mais j’ai été humilié à l’excès. J’ai dit, quand j’étais hors de moi-même :Tout homme est menteur. Que rendrai-je au Seigneur, pour tout ce qu’Il m’a donné ? Je prendrai la coupe du salut, et j'invoquerai le Nom du Seigneur. J'acquitterai mes vœux au Seigneur devant tout Son peuple. Elle est précieuse aux yeux du Seigneur la mort de Ses saints. Ô Seigneur, je suis Ton serviteur, et le fils de Ta servante. Tu as brisé mes liens. Je T’offrirai un sacrifice de louange et j'invoquerai le Nom du Seigneur. J'acquitterai mes vœux au Seigneur devant tout Son peuple, dans les parvis de la maison du Seigneur, au milieu de toi, Jérusalem.

 

Gloire au Père ..... maintenant ...... amen.

Alléluia, alléluia, alléluia, Dieu gloire à Toi (3 fois).

 

Tropaire, ton 8 :

Seigneur, Toi qui naquis de la Vierge, pardonne-moi mes fautes, purifie mon cœur et fais de lui le temple de Ton Corps et de Ton Sang vénérables. Ne me rejette pas de devant Ta Face, Toi dont la miséricorde est infinie.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.

Comment puis-je avoir l'audace, moi l'indigne, de m'approcher des dons sacrés ? Si j'ose aller à Toi, avec ceux qui en sont dignes, ma robe me trahira, n'étant pas celle des noces ! J'attirerai alors la condamnation sur mon âme souillée par les péchés ! Purifie-la Seigneur et sauve-moi, ô Ami de l'homme!

Maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

La multitude de mes fautes est immense, ô Mère de Dieu. De toi, je fais mon refuge et te demande mon salut. Visite mon âme malade et prie ton Fils notre Dieu de m'accorder son pardon, ô toi seule bénie !

 

Le Jeudi Saint on ajoute :

Lors de la Cène, les glorieux disciples furent illuminés par l’ablution des pieds mais Judas l’infâme, poussé par l’avarice, entra dans les ténèbres et livra aux juges iniques le Juge d’équité. Ô toi, qui aimes l’argent, considère celui que l’avarice conduit à la pendaison et fuis l’âme insatiable qui a osé de telles choses contre son Maître. Ô Toi qui es bon pour tous, Seigneur, gloire à Toi !

 

Psaume 50 (VOIR PRIERES DU MATIN), puis immédiatement :

 

CANON POUR LA SAINTE COMMUNION (ton 2)

ODE 1:

Hirmos : Venez, peuples, chantons un hymne au Christ Dieu, qui a divisé la mer et conduis le peuple qu'Il avait tiré de la servitude des Egyptiens, car Il S'est couvert de gloire !

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu, et renouvelle en moi l’esprit de droiture.

Que Ton saint Corps soit pour moi pain de vie éternelle, Seigneur miséricordieux, et Ton Sang précieux remède à tous mes maux.

Ne me rejette pas loin de Ta Face, et ne me retire pas Ton Esprit-Saint !

Souillé par des oeuvres insensées, moi le misérable, je suis indigne de communier à Ton Corps immaculé et à Ton Sang divin. Mais Toi, ô Christ, fais que j'en sois digne !

Gloire ... maintenant ... amen.

Epouse de Dieu bénie, Terre féconde en qui a germé l'Epi sans culture, pour le salut du monde, juge-moi digne de Le manger pour être sauvé.

 

ODE 3 :

Hirmos : En m'établissant sur le roc de la foi, Tu m'as fait ouvrir la bouche contre mes ennemis. Car mon esprit s'est réjoui en chantant: il n'y a pas de saint comme notre Dieu, et il n'y a pas de juste en dehors de Toi, Seigneur.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

Accorde-moi, ô Christ, des larmes abondantes pour laver les souillures de mon cœur, afin que, la conscience purifiée, je puisse avec foi et crainte, m'approcher de Tes dons divins, ô Seigneur.

Ne me rejette pas loin de Ta Face …

Que Ton corps immaculé et que Ton Sang divin soient pour moi rémission des péchés, communion du Saint Esprit, Vie éternelle, éloignement des souffrances et des tribulations, ô Ami de l'homme.

Gloire ... maintenant ... amen.

Tu es, ô Toute-sainte, la Table qui a porté le Pain de vie descendu du ciel par pitié, pour donner au monde une vie nouvelle. Juge digne l'indigne que je suis d'y goûter avec crainte et d'en vivre.

 

ODE 4 :

Hirmos : Ce n'est ni un intermédiaire ni un ange qui est né d'une Vierge, mais Toi-même, Seigneur incarné, et Tu m'as sauvé tout entier moi, homme. C'est pourquoi je Te crie : efface aussi mes transgressions.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

Tu T'es incarné, ô plein de bonté et Tu T'es volontairement immolé comme un agneau pour les péchés des mortels. Efface, je T'en supplie, mes transgressions et mes fautes.

Ne me rejette pas loin de Ta Face …

Guéris les blessures de mon âme, Seigneur, sanctifie-moi tout entier et juge-moi digne, ô Maître, de communier à Ta Cène mystique et divine, malgré mon indignité.

Gloire ... maintenant ... amen.

Implore pour moi, ô Souveraine, celui qui naquit de ton sein et garde-moi, je t'en supplie sans tache et sans reproche afin que, recevant la perle spirituelle, je sois sanctifié.

 

ODE 5 :

Hirmos : Seigneur, Donateur de lumière et Créateur des siècles, conduis-moi à la lumière de Tes commandements, car nous ne connaissons pas d'autre Dieu que Toi.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

Agis envers Ton pauvre serviteur selon Ta promesse, ô Christ. Demeure en moi comme Tu l'as dit car voici que je mange Ton divin Corps et que je bois Ton Sang.

Ne me rejette pas loin de Ta Face …

Que le charbon ardent qu'est Ton Corps, ô Christ, Verbe de Dieu et Dieu, dissipe mes ténèbres et que Ton Sang purifie mon âme souillée.

Gloire ... maintenant ... amen.

Marie, Mère de Dieu, tabernacle vénérable rempli de parfums, fais de moi par tes prières un vase d'élection afin que je participe aux Mystères de ton Fils.

 

ODE 6 :

Hirmos : Au plus profond de l'abîme de mes péchés, j'invoque l'abîme insondable de Ta miséricorde; tire-moi de la corruption, ô Dieu.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

Sanctifie, ô Sauveur, mon esprit, mon âme, mon cœur et mon corps, et rends-moi digne, Seigneur, de m'approcher sans être condamné de Tes redoutables Mystères.

Ne me rejette pas loin de Ta Face …

Que la réception de Tes saints mystères, ô mon Christ, me délivre de mes passions, augmente en moi la grâce et me donne la sécurité en cette vie.

Gloire ... maintenant ... amen.

Voici que je m'approche de Tes divins Mystères, ô Verbe saint de Dieu et Dieu, sanctifie-moi tout entier par les prières de Ta sainte Mère.

KONDAKION :

Ne me repousse pas quand je m'approcherai, pour recevoir le pain qui est Ton Corps, ô Christ et Ton Sang divin. Que la réception de Tes Mystères redoutables et immaculés ne soit pas condamnation pour moi, misérable, mais gage de vie éternelle et d'immortalité.

 

ODE 7 :

Hirmos : Les enfant pleins de sagesse n'adorèrent pas l'idole d'or, ils entrèrent d'eux-mêmes dans la flamme et se moquèrent des dieux étrangers; ils appelèrent au milieu des flammes et l'Ange les aspergea de rosée; la prière de vos lèvres a été entendue.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

Que la participation à Tes immortels Mystères soit pour moi source de bien, lumière, vie, impassibilité, progrès dans la vertu divine, et je te glorifierai, ô Toi qui seul est bon!

Ne me rejette pas loin de Ta Face …

Puissé-je être délivré des passions, des ennemis et de toute adversité, ô Ami de l'homme, afin d'approcher avec crainte, désir et piété de Tes immortels et divins Mystères et de Te chanter : Tu es béni, Dieu de nos pères.

Gloire ... maintenant ... amen.

Ô toute pleine de grâce qui, incompréhensiblement mis au monde le Christ Sauveur, ton serviteur impur t'implore, ô toi qui est pure : lave-moi tout entier des souillures de la chair et de l'esprit car je dois m'approcher des immaculés Mystères.

 

ODE 8 :

Hirmos : Le Dieu qui descendit dans la fournaise ardente auprès des enfants des Hébreux et qui changea la flamme en rosée, vous, toutes Ses oeuvres, chantez-Le comme votre Seigneur et exaltez-Le dans tous les siècles.

 Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

Rends-moi digne, ô Christ, de participer à Tes célestes, redoutables et saints Mystères, à Ta Cène mystérieuse, moi qui T'ai renié, ô mon Dieu, mon Sauveur.

Ne me rejette pas loin de Ta face …

Je me réfugie dans Ta miséricorde, ô Toi qui es bonté, et, dans ma crainte, je crie : demeure en moi, ô mon Sauveur, comme Tu l'as dit, et moi en Toi. Car voici que, confiant en Ta pitié, je mange Ton Corps et bois Ton Sang.

Gloire ... maintenant ... amen.

En recevant le feu, je crains de fondre comme la cire et de brûler comme la paille. Ô redoutable Mystère ! Ô miséricorde de Dieu! Comment la boue que je suis reçoit-elle Ton Corps et Ton Sang et devient-elle immortelle ?

 

ODE 9 :

Hirmos : Le Fils du Père éternel, Dieu et Seigneur, S'est incarné d'une Vierge et nous est apparu pour illuminer les enténébrés, pour rassembler les dispersés : c'est pourquoi nous magnifions la Mère de Dieu, digne de toute louange.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu …

C'est le Christ, goûtez-Le, voyez c'est le Seigneur. Pour nous, Il a vécu parmi nous et S'est offert une fois pour toute en victime à Son propre Père. Toujours immolé Il sanctifie ceux qui participent à Son immolation.

Ne me rejette pas loin de Ta Face …

Puissé-je être sanctifié d'âme et de corps, ô Maître, puisssé-je être illuminé, puissé-je être sauvé, devenir Ta demeure en participant à Tes Mystères sacrés. Toi en moi avec le Père et l'Esprit, ô mon Bienfaiteur plein de bonté.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.

Que Ton Corps et Ton Sang très précieux soient pour moi comme un feu dévorant le bois de mes péchés, consumant les ronces de mes passions et une flamme m'illuminant tout entier pour que j'adore Ta divinité.

Maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Dieu S'est fait homme dans ton sein immaculé, c'est pourquoi toute race te chante, ô Souveraine. La multitude des esprits te glorifie, ayant vu clairement que par toi, le Maître de toutes choses a revêtu la nature humaine.

 

Il est digne… Trisagion. Très Sainte Trinité… Notre Père … Tropaire de la fête, si c’est une fête du Seigneur, Nativité ou autre. Le Dimanche, tropaire du ton. Sinon les tropaires suivants :

Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous… (cf. p. 12)

 

 Seigneur, aie pitié (40 fois). Prosternations à volonté

 

Si tu désires, ô humain, manger le Corps du Maître, approche avec crainte, car c’est du feu. Et si tu bois en communion le Sang divin, soit d’abord réconcilié avec ceux qui t’ont offensé, et alors seulement ose goûter l’Aliment Mystique.

Avant de participer au Sacrifice redoutable du Corps vivifiant du Maître, prie de la manière suivante avec tremblement :

 

1ère prière, de Saint Basile :

Maître, Seigneur Jésus Christ notre Dieu, Source de vie et d'immortalité, Créateur des mondes visibles et invisibles, Fils coéternel et sans commencement du Père Eternel, qui, dans les derniers temps et dans Ta bonté infinie, as pris chair, as été crucifié et immolé pour nous, ingrats et sans reconnaissance, Toi qui as recréé, par Ton Sang, notre nature corrompue par le péché, Roi Immortel, accepte la pénitence du pécheur que je suis, incline vers moi Ton oreille et écoute mes paroles: Seigneur, j'ai péché contre le ciel et contre Toi, et je ne suis pas digne de porter mes regards vers les hauteurs de Ta gloire, pour avoir irrité Ta bonté, transgressé Tes commandements et désobéi à Tes ordres. Mais toi, Seigneur sans ressentiment, longanime et plein de miséricorde, tu ne m'as pas laissé me perdre avec mes péchés mais tu as attendu mon retour. Ami de l'homme, Tu as dit par Ton prophète: « Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive ». En effet, ô Maître, Tu ne veux pas la perte de l’œuvre de Tes mains, Tu ne prends pas plaisir à la ruine des hommes, mais Tu veux que tous soient sauvés et viennent à la connaissance de Ta vérité. C'est pourquoi, bien qu'indigne du ciel et de la terre, et même de cette vie éphémère, pour m'être, misérable, soumis tout entier au péché, livré aux voluptés et avoir terni Ton image, je reste cependant Ton oeu-vre et Ta créature. Je ne veux pas désespérer de mon salut. Confiant dans Ta bonté sans limite, je viens à Toi, ô Christ, accueille-moi comme Tu accueillis la courtisane, le publicain et le prodigue. Ote de moi le fardeau pesant des péchés, Toi qui ôtes le péché du monde et guéris les maladies des humains. Toi qui appelles et soulages ceux qui sont chargés et fatigués, car Tu n'es pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à la pénitence, purifie de toute souillure ma chair et mon esprit. Apprends-moi à me sanctifier dans la crainte, afin qu'avec le témoignage pur de ma conscience, je reçoive ma part de Tes sanctifications et, qu'uni à Ton corps saint et à Ton sang, je Te possède en moi avec le Père et le Saint Esprit. Oui, Seigneur Jésus Christ mon Dieu, que je ne sois ni condamné ni malade d'âme et de corps, pour avoir communié indignement à Tes saints et vivifiants mystères. Mais donnes-moi, et jusqu'à mon dernier souffle, de recevoir, sans condamnation, ma part de Tes sanctifications et qu'elle soit communion du Saint Esprit, viatique pour la vie éternelle, bonne défense lors de Ton redoutable tribunal. Afin que, moi aussi, avec tous Tes élus, je participe à Tes biens sans mélange, que Tu as préparés pour ceux qui T'aiment, Seigneur, et en qui Tu es glorifié dans tous les siècles. Amen.

 

2ème prière, de notre Père parmi les Saints Jean Chrysostome :

Seigneur mon Dieu, je sais que je suis indigne et incapable de Te recevoir dans la demeure de mon âme, car elle est déserte et en ruines et que Tu n'as pas en moi un lieu convenable pour reposer Ta tête. Mais, comme Tu es descendu du faîte de Ta gloire, et que Tu T'es abaissé jusqu'à nous, condescends encore maintenant à ma bassesse. Toi qui as bien voulu reposer dans une grotte, dans une crèche d'animaux privés de raison, daigne aussi reposer dans la crèche de mon âme déraisonnable et de mon corps souillé. De même que Tu as bien voulu entrer chez les pécheurs et dans la maison de Simon le lépreux et manger avec eux, daigne aussi entrer dans la maison de ma pauvre âme, chez le lépreux et le pécheur que je suis. De même que Tu n'as pas rejeté la courtisane et pécheresse, à laquelle je ressemble, lorsqu'elle s'approcha de Toi et Te toucha, agis de même envers moi, pécheur, qui m'approche de Toi et Te touche. Comme Tu n'as pas repoussé sa bouche souillée et impure lorsqu'elle Te couvrit de baisers, ne repousse pas non plus ma bouche plus souillée et plus impure que la sienne, ni mes lèvres impures, infâmes et profanes, ni ma langue plus impure encore. Que Ton Corps très saint et Ton Sang vénérables soient pour moi charbon ardent, sanctification, illumination, force de ma pauvre âme et de mon corps, allègement de mes nombreux péchés, protection contre le démon, éloignement des mauvaises et néfastes habitudes, anéantissement des passions, accomplissement de Tes commandements, gage de Ta divine grâce et possession de Ton Royaume. En effet, ô Christ Dieu, je ne vais pas à Toi en contempteur, mais confiant en ton ineffable bonté, dans la crainte qu'éloigné de Ta communion, je ne sois emporté par le loup qui ravit les âmes. Je T'en prie donc, Seigneur, Toi qui seul est saint, sanctifie mon âme et mon corps, mon esprit et mon cœur, mes reins et mes entrailles. Renouvelle-moi tout entier, implante Ta crainte dans mes membres et remplis-moi de Ton ineffable sanctification. Sois mon secours et mon protecteur, dirige ma vie dans la paix, fais-moi asseoir à Ta droite avec Tes saints. Par l'intercession de Ta Mère toute pure, des puissances immatérielles et immaculées qui Te servent et de tous les saints qui, dès le commencement ont su Te plaire. Amen.

 

3ème prière, de Saint Siméon le Métaphraste :

Seigneur, seul pur et sans tache, qui, dans Ton amour ineffable pour les hommes, as revêtu pleinement notre nature, dans le sein pur et virginal de Celle qui T'a enfanté surnaturellement, par la descente de l'Esprit divin et la condescendance du Père éternel. Ô Christ Jésus, Sagesse de Dieu, paix et force, Toi qui as accepté les souffrances vivifiantes et salutaires de Ta Passion : la croix, les clous, la lance, la mort, mortifie les passions charnelles qui donnent la mort à mon âme. Toi qui, par Ton ensevelissement, as dépouillé le royaume infernal, ensevelis mes mauvais désirs sous des pensées salvatrices et disperse les esprits malicieux. Toi qui, le troisième jour, par Ta Résurrection vivifiante, as relevé notre ancêtre de sa chute; Toi, Seigneur, le seul pur et sans tache, arrache-moi aussi au péché, en m'ouvrant les voies de la pénitence. Toi qui, par Ton Ascension glorieuse, as déifié la chair et l'as honorée, en la faisant asseoir à la droite du Père, rends-moi digne, par cette participation à Tes saints mystères, de prendre place à Ta droite parmi les élus. Toi qui, par la descente de Ton Esprit Consolateur, as fait de Tes disciples sacrés des vases d'honneur, fais aussi de moi un réceptacle digne de la venue du même esprit. Toi, qui dois venir un jour juger l'univers en toute justice, permets-moi aussi d'aller au devant de Toi sur les nuées, avec tous Tes saints, Toi qui m'as créé et façonné afin que je Te glorifie et Te chante éternellement, avec Ton Père éternel, et Ton tout-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

4ème prière, du divin Damascène :

Seigneur et Maître Jésus Christ notre Dieu, qui seul as le pouvoir de remettre des péchés des hommes, pardonne, ô Toi bon et ami de l'homme, mes fautes volontaires ou involontaires. Rends-moi digne de recevoir, sans condamnation, tes divins, glorieux, saints et vivifiants mystères. Qu'ils ne soient pas pour moi châtiment ou aggravation de mes péchés, mais purification, sanctification, gage de la vie future et de Ton Royaume éternel, protection, secours, confusion de mes ennemis, rémission de mes nombreux péchés. Car Tu es un Dieu de bonté, de miséricorde et d'amour pour l'homme et nous Te rendons gloire, ainsi qu' à Ton Père et à Ton Saint Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

5ème prière, de Saint Basile le Grand :

Je sais, Seigneur, que je ne suis pas digne de recevoir Ton corps et Ton sang précieux, car étant coupable, je mange et bois ma propre condamnation, ne discernant pas Ton corps et Ton sang, ô Christ, ô mon Dieu. Mais, confiant en Ta miséricorde, je m'approche de Toi qui as dit: « Celui qui mange Ma chair et bois Mon sang, demeure en moi et moi en lui ». Aie pitié de moi, Seigneur, ne confonds pas le pécheur que je suis, mais agis envers moi selon ta bonté: que ces dons sacrée deviennent purification, lumière, vie, salut, sanctification de mon âme et de mon corps. Qu'ils éloignent de moi toute image et toutes actions mauvaises, toute influence diabolique s'exerçant sur mon esprit et, par là, sur mes sens. Qu'ils augmentent ma confiance et mon amour pour Toi, redressent ma vie et la conservent, me fassent progresser dans la vertu, dans la perfection et dans l'accomplissement de Tes commandements. Qu'ils me rendent participant à l'Esprit Saint, soient pour moi un viatique pour la vie éternelle, une bonne défense devant Ton redoutable tribunal et non une cause de jugement et de condamnation.

 

6ème prière, de Saint Siméon le Nouveau Théologien :

De mes lèvres souillées, de mon cœur malpropre, de ma langue impure, de mon âme infâme, accepte, ô mon Christ, la prière. Ne repousse pas mes paroles, mes sentiments, ma confusion, donne-moi d'oser Te dire, ô mon Christ, ce que je désire; ou plutôt, enseigne-moi ce qu'il me faut faire et dire. J'ai péché plus que la pécheresse, qui, connaissant Ta demeure, acheta du parfum précieux et osa venir oindre les pieds de mon Christ, de mon Seigneur, de mon Dieu. Accueille-moi comme elle, qui, de tout son cœur, vint à Toi. Ne me repousse pas, ô Verbe, mais présente-moi Tes pieds; que je les touche, les baise et les arrose du flot de mes larmes, comme d'un parfum précieux. Ô Verbe, lave-moi avec mes larmes, purifie-moi par elles, oublie mes fautes, accorde-moi Ton pardon. Tu connais de mes maux la multitude, Tu connais mes blessures, Tu vois mes meurtrissures et Tu n'ignore pas ma foi. Considère mon zèle ardent, entend mes gémissements. Rien ne T'échappe, ô mon Dieu, mon Créateur, mon Rédempteur, ni le flot de mes larmes, ni partie de ce flot. Tes yeux ont pénétré mes secrets et, sur Ton livre, déjà figurent les actions que je dois accomplir. Vois ma misère, vois ma peine, ô Dieu de toutes choses, efface mes péchés, afin qu'avec un cœur pur, un esprit rempli de crainte, une âme humiliée, je puisse participer à Tes saints, divins et immaculés Mystères, qui vivifient et déifient celui qui , d'un cœur limpide, Te mange et Te boit. C'est bien Toi, ô mon Maître qui a dit : « Celui qui mange Ma chair et bois Mon sang demeure en Moi et Moi en lui. » Vérité est la parole de mon Maître, de mon Dieu. Celui qui participe aux divins et déifiant Mystères n'est certes plus seul, mais avec Toi, mon Christ, Lumière du triple soleil qui illumine le monde. Afin de n'être pas seul, séparé de Toi qui donnes la vie, Toi mon souffle, ma vie, mon allégresse, salut du monde, je viens à Toi comme Tu le vois, en larmes, le cœur humilié, Te supplier de m'accorder la rançon de mes fautes et la participation sans condamnation à Tes vivifiants et immaculés Mystères. Afin qu'en moi Tu demeures, en moi, trois fois misérable. De crainte que le séducteur, me trouvant sans Ta grâce, ne m'enlève avec perfidie et ne m'égare loin de Tes divins commandements. Devant Toi je me prosterne et avec ardeur, je Te supplie: accueille-moi comme Tu accueillis le prodigue et l'adultère, ô Miséricordieux. Car je suis prodigue et corrompu et je viens à Toi, l'âme humiliée. Je sais, ô Sauveur, que nul autre, plus que moi, n'a péché contre Toi, ni accompli mes oeuvres. Je sais aussi que ni l'importance de mes fautes, ni la foule de mes péchés ne dépassent de mon Dieu l'immense longanimité et Son infini amour pour l'homme. Mais, par l'huile de la compassion, Tu purifies, Tu illumines les fervents pénitents et Tu les fais abondamment participer à Ta lumière et communier à Ta divinité. Et, à l'étonnement des anges et des hommes, Tu T'entretiens avec eux, comme avec de proches amis. Ceci me rend hardi et me donne des ailes. Confiant en Tes bienfaits, réjoui et tremblant à la fois, je reçois le feu, moi, la paille, et étrange prodige, je suis ineffablement rafraîchi comme autrefois le buisson, qui brûlait sans se consumer. Aussi Te rendent grâces mon cœur, mon esprit, mes membres, mon âme, ma chair. J'adore et j'exalte, je glorifie mon Dieu béni maintenant et dans les siècles. Amen.

 

7ème prière, de Saint Jean Chrysostome :

     Ô Dieu, oublie, remets et pardonne-moi toutes les transgressions que j’ai commises devant Toi, par parole, par action par pensée, volontairement ou involontairement, par ma raison ou ma déraison ; pardonne-les moi toutes, car Tu es bon et Ami des hommes. Par les prières de Ta très pure Mère, de Tes sages serviteurs et de Tes saintes Puissances, et de tous les Saints qui T’ont complu depuis les siècles, daigne faire que, sans condamnation, je reçoive Ton Corps très pur et Ton Sang très précieux, pour la guérison de mon âme et de mon corps et pour la purification de toutes mes pensées mauvaises. Car à Toi appar-tiennent le règne, la puissance et la gloire, avec le Père et le Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen !

 

8ème prière, du même :

Maître Seigneur, je ne suis pas digne que Tu entres sous le toit de mon âme, mais, puisque Tu veux, en tant qu'Ami des hommes, habiter en moi, je vais à Toi avec confiance. Ordonne et je T'ouvrirai ces portes que Toi seul as créées et que Tu franchiras, dans Ton amitié naturelle pour nous. Tu entreras et illumineras ma raison obscurcie. Je sais que Tu agiras ainsi envers moi, Toi qui n'as pas chassé la courtisane, quand elle est venue à Toi en pleurant; ni repoussé le publicain repentant; ni rejeté le larron, qui reconnut Ton Royaume, ni abandonné le persécuteur pénitent, mais tous ceux qui sont venus vers Toi, dans la pénitence, Tu les as tous placés avec Tes amis, ô seul béni en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

9ème prière, du même :

Seigneur Jésus Christ mon Dieu, oublie, efface, purifie et pardonne toutes les fautes de Ton serviteur inutile, indigne et pécheur, par lesquelles je T'ai offensé depuis ma jeunesse jusqu'à ce jour et à cette heure, en conscience, par ignorance, en paroles, en actions, en pensées, en imagination, par habitude et avec mes sens. Par les prières de Celle qui T'a enfanté sans semence, la Toute-Pure et Toujours-vierge Marie, Ta mère, ma seule espérance, le secours infaillible dans mon salut, rends-moi digne de participer sans condamnation, à Tes purs, immortels, vivifiants et redoutables mystères, pour la rémission de mes péchés et pour la vie éternelle, pour la sanctification, l'illumination, la fortification, la guérison de mon âme et de mon corps, pour la destruction et la totale disparition de mes faux raisonnements, de mes mauvaises pensées, de mes préjugés, de mes imaginations nocturnes dues aux esprits des ténèbres et de la méchanceté. Car à Toi appartiennent le règne, la puissance, la gloire, l'honneur et l'adoration; au Père et au Saint Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

10ème prière, de Saint Jean Damascène :

Je me tiens devant les portes de Ton temple et je ne puis pourtant m'arracher à mes mauvaises pensées. Mais Toi, ô Christ Dieu, Toi qui as justifié le publicain, Toi qui as pris en pitié la cananéenne, Toi qui as ouvert au larron les portes du ciel, ouvre à moi qui m'approche de Toi et qui Te touche, les entrailles de Ta miséricorde; accueille-moi comme tu as accueilli la femme adultère et l'hémorroïsse. Celle-ci ne toucha que le bord de Ton vêtement et obtint aussitôt sa guérison, celle-là embrassa Tes pieds sacrés et reçut la rémission de ses péchés. Et moi, misérable, qui ose recevoir Ton corps tout entier, fais que je ne sois pas consumé, mais accueille-moi comme Tu accueillis ces femmes. Eclaire les facultés de mon âme, consume mes péchés, par l'intercession de celle qui T'as enfanté sans germe et des puissances célestes, car Tu es béni dans les siècles des siècles. Amen.

 

Prière de Saint Jean Chrysostome :

Je crois et je confesse, Seigneur, que Tu es le Christ, Fils du Dieu vivant, venu en ce monde sauvé les pécheurs dont je suis le premier; Je crois aussi que ceci est Ton Corps très saint et très pur, que ceci est Ton Sang vénérable et précieux. Je T'en supplie, aie pitié de moi et pardonne mes fautes volontaires et involontaires, commises en paroles, en actions, en conscience ou par ignorance et rends-moi digne de participer sans condamnation à Tes immaculés Mystères, pour la rémission de mes péchés et la vie éternelle. Amen.

 

Au moment de communier :

Voici que je m'approche de la divine communion, ô mon Créateur, que cette participation ne me consume pas, mais me purifie de toute souillure, car Tu es le feu qui brûle les indignes.

Accepte-moi aujourd'hui à Ta Cène mystique comme un convive, ô Fils de Dieu, car je ne dévoilerai pas Tes mystères à Tes ennemis et je ne Te donnerai pas un baiser comme Judas, mais, comme le larron, je Te confesse : souviens-Toi de moi, Seigneur, dans Ton Royaume.

Homme, tremble, en voyant ce Sang déifiant. C'est un charbon ardent qui consume les indignes. Le Corps de Dieu me divinise et me nourrit. Il divinise mon esprit et nourrit de façon incompréhensible mon âme.

Tu m'as attiré par Ton divin amour et Tu as enflammé mon désir. Brûle mes péchés d'un feu immatériel et daigne me remplir de Ta douceur afin que, plein de joie, je glorifie Tes deux avènements.

 Comment entrerai-je, indigne que je suis, dans les splendeurs de Tes saints ? Si j'ose pénétrer dans la chambre des noces, mon habit me trahira n'étant pas l'habit nuptial, et les anges me chasseront après m'avoir lié. Seigneur, lave les souillures de mon âme, ô Ami des hommes, sauve-moi !

Maître, Ami de l'homme, Seigneur Jésus Christ, mon Dieu, que Tes saints Dons ne soient pas pour moi condamnation à cause de mon indignité, mais purification de mon âme et de mon corps, gage pour le Royaume et la vie éternelle. Il m'est bon de m'attacher à Dieu, et de placer dans le Seigneur l'espérance de mon salut.

Accepte-moi aujourd'hui à Ta Cène mystique comme un convive, ô Fils de Dieu, car je ne dévoilerai pas Tes mystères à Tes ennemis, et je ne Te donnerai pas un baiser comme Judas, mais comme le larron, je Te confesse : Souviens-Toi de moi, Seigneur, dans Ton Royaume.