Moïse et l'arche d'alliance.


En même temps que les Dix Commandements, Moïse a reçu de Dieu Ses directives sur l'organisation du culte divin, celui de l'Ancien Testament. Dans la mesure où les Hébreux menaient alors une vie nomade, le lieu de célébration devait être mobile, et Dieu indiqua à Moïse comment construire une immense tente appelée Tente du Témoignage, puisque Dieu s'y révélait au peuple élu.

     Cette tente était constituée de trois parties : la Cour, le Sanctuaire et le Saint des saints, l'ensemble entouré de tentures en tissu précieux et de bâches en poils de chèvres tissés ou en  peaux  de béliers fixées sur des poteaux. Tout fut construit pour pouvoir être démonté et ou porté. Par exemple, les autels avec des anneaux dans lesquels on glissait des barres pour les transporter.    
Dans la Cour se tenait le peuple et se dressait l'autel des sacrifices, sur lequel on immolait des animaux et le bassin de bronze pour les ablutions rituelles (pour se laver avant de célébrer). Seuls les hommes de la tribu de Lévi - les Lévites - aidaient à la célébration liturgique.

    Dans le Sanctuaire seuls entraient les Prêtres, les fils ou descendants d'Aaron. Là se trouvent la table des douze pains - un pour chaque tribu d'Israël - l'autel des parfums, où l'on fait brûler de l'encens, et le chandelier à sept lampes. Les Lévites, les Prêtres et le Grand Prêtre avaient tous des vêtements sacerdotaux particuliers.

    Enfin, dans le Saint des saints, séparé du sanctuaire par un rideau, seul rentrait le Grand Prêtre - Aaron puis comme successeur le fils aîné - une fois par an. Là se trouvait l'Arche d'alliance, un coffre en bois précieux, couvert d'or et surmonté de la représentation de deux séraphim en or.
       Moïse y enferma les objets sacrés qui témoi-gnent de la révélation et la miséricorde divines : les Tables de la Loi, un vase avec la manne, le bâton d'Aaron et les Livres Saints. Et dès que cela fut achevé, une nuée qui représentait la Gloire divine se mit à couvrir la Tente du Témoignage, durant le jour, devenant feu la nuit. Et les Hébreux ne levaient le camp que si la nuée montait au dessus de la Tente. Ainsi, leur vie s'organisait suivant la volonté divine. 


    C'est bien plus tard, quand le Saint Roi David vient s'installer à Jérusalem, que la Tente du Témoignage devient un lieu fixe, le Temple, tout en gardant la même structure, qui préfigure celle de l'église chrétienne, dans sa division en trois parties - narthex (vestibule), nef, sanctuaire - et dans bien d'autres détails d'organisation ou de célébration liturgique : par exemple le rideau, les vêtements du clergé ou la prière de bénédiction des icônes, qui mentionne toujours les séraphims de l'Arche d'alliance. Enfin la Tente du Témoignage, le Temple, c'est une préfiguration de la Mère de Dieu, où vient habiter le Christ notre Sauveur. 


Une génération dans le désert.

Les Hébreux approchèrent de la frontière de la Terre promise, et Moïse envoya douze hommes, un pour chaque tribu, pour explorer le pays de Canaan jusqu'à Hébron. Ils revinrent au bout de quarante jours avec une énorme grappe de raisin et d'autres fruits quimontraientla fertilité de cette contrée, où coulent le lait et le miel.

    Mais quand les envoyés firent leur rapport, seuls Caleb et Josué se firent l'expression de la volonté divine, en proposant de s'emparer de cette terre, tandis que les dix autres éclaireurs persuadaient le peuple de s'y opposer, sous prétexte que les habitants de Canaan étaient des géants trop puissants Plus tard, Koré, Dathan et Abiram à leur tour se révoltèrent, contestant le fait que le sacerdoce soit réservé à la famille d'Aaron et la terre se fendit pour les engloutir. 

 

En signe de Sa volonté, Dieu fit planter dans la tente du Témoignage douze bâtons, un pour chaque tribu, et sur celui de la tribu de Levi, Il fit graver le nom d'Aaron. Le lendemain, seul le bâton d'Aaron avait fleuri et produit des amandes et il fut gardé en témoignage dans l'Arche. Car c'est Dieu, à travers l'Eglise, qui appelle au sacerdoce et nul ne peut, par ambition, s'improviser prêtre ou serviteur de l'autel.

    Bien des fois encore le peuple élu dans le désert murmura contre Dieu. Un jour, à cause de cela, ils furent décimés par les morsures de serpent, mais Dieu demanda à Moïse de fabriquer un serpent d'airain et de le placer sur une perche. Quiconque le regardait était guéri des morsures. Ce serpent d'airain, c'est l'image du péché de l'humanité que le Christ innocent a pris sur Lui en montant sur la Croix pour notre salut.

    Après avoir vaincu les Amoréens et d'autres tribus du désert, les Hébreux arrivèrent dans les plaines de Moab, vis à vis de Jéricho, de l'autre côté du Jourdain. Balak roi de Moab, envoya des chefs demander au prophète Balaam de venir maudire les Hébreux. Après avoir refusé, Balaam finit par se mettre en route sur une ânesse. Un ange leur barra la route, que d'abord l'animal vit, puis Balaam. Alors l'ange recommanda de ne faire que ce qu'il lui inspirerait et Balaam vint chez Balak non maudire mais bénir les Hébreux.

    Là, les Hébreux commencèrent à se mêler aux Moabites et aux Madianites, certains participèrent à leurs sacrifices païens à Baal et à d'autres faux dieux et, à cause d'eux, une épidémie frappa le peuple élu. C'est Phinées, fils d'Eléazar, petit fils d'Aaron, qui la fit cesser en faisant périr un Hébreu qui osait amener devant la Tente une Madianite idolâtre. 

    Quarante années avaient passé, toute la génération des Hébreux qui avaient quitté l'Egypte avait disparu. Moïse, ayant désigné Josué comme son successeur et fait ses recommandations au peuple élu, bénit chacune des douze tribus d'Israël. Puis il monta sur le mont Nébo, d'où le Seigneur lui fit voir la Terre Promise et il mourut. Ainsi s'achève le long périple des Hébreux dans le désert, cette période où Dieu donna au peuple élu Ses lois, et que nous racontent les Livres saints de l'Exode, du Lévitique, des Nombres et du Deutéronome.

    Notre Grand Carême est, comme cette longue errance des Hébreux dans le désert, une période où nous nous préparons à entrer dans le Royaume de la Grâce,  par la Résurrection du Christ. Et chaque dimanche est une petite Pâque où Dieu nous fait goûter par avance cette promesse, comme ces miracles et cette manne qu'Il prodigua à Son peuple dans le désert.