• Paroisse St Jean Le Russe

XXVIII° après la Pentecôte / Les Saints Ancêtres

Mis à jour : avr. 14

Sermon de l'Archiprêtre Michel de Castelbajac





Nous nous approchons de plus en plus de la Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ, du mystère de l'Incarnation. Aujourd'hui nous fêtons les Saints Ancêtres de Dieu. Bien sûr, en lisant les Livres Saints ou en entendant les paroles qui sont chantées, nous sommes étonnés par le fait que dans les Saints Ancêtres sont décomptés aussi bien les bons que les mauvais et c'est exactement ce que nous entendons aujourd'hui dans l'Évangile quand le Père Qui donne un grand banquet en l'honneur des Noces de Son Fils dit à Ses serviteurs, puisque Ses invités ne viennent pas, d'aller chercher, d'abord sur les places, les estropiés, les aveugles, les boiteux et comme la salle n'est pas remplie, selon les paroles mêmes de Ses serviteurs, Il les envoie chercher le long des chemins et faire entrer de force les bons comme les mauvais. Et nous avons vu que dans les Ancêtres du Seigneur, il y a les bons comme les mauvais. Nous devrions même dire, étant donné notre étonnement : il y a aussi les mauvais.

Aujourd'hui le Christ célèbre les Noces accomplies par Son Incarnation. C'est de ces Noces que l'Apôtre Paul parlera quand il dira du mariage du Christ et de l'Église qu'il est comme de l'époux à l'épouse. C'est ce mystère qui est célébré dans la parabole d'aujourd'hui. Le Père donne un Banquet pour célébrer les Noces de Son Fils. Saint Paul nous dit à quoi il faut particulièrement prêter attention pour comprendre la parabole qui est immense, qui récapitule une si grande étendue de l'économie de notre salut, de ce qui touche l'économie de notre salut dans le Nouveau Testament, de ce qui touche chacun de nous, de ce qui s'adresse à chacun de nous immédiatement.


Le Père invite tous, qu'Il a Lui-même gardés, et aucun ne vient. C'est ici que nous devons être très attentifs, et c'est ici que le Christ demande notre discernement : les uns répondent « J'ai acquis un champ, excuse-moi, il faut que j'aille le voir. » Le fait même d'acquérir qui va à l'encontre des Béatitudes “Bienheureux les pauvres en esprit” et d'être préoccupé par cette acquisition, de préférer aller le voir plutôt que d'aller au Banquet, c'est le fait même du culte du Veau d'Or, de celui qui préfère acquérir et voir et mettre toute son intelligence (car voir c'est comprendre) mettre toute son intelligence jusqu'à perdre la vue de l'âme, jusqu'à ce que l'âme perde la vue, à accumuler des richesses, à s'occuper des richesses, à s'occuper du Veau d'Or - et il néglige l'invitation du Banquet - mais il dit quand même "excuse-moi". Vous vous souviendrez de cela, car il continueront apparemment, même s'ils continuent à adorer le Veau d'Or, ils diront “excusez-moi”. Et le Christ sera violent avec eux et Il les appellera “hypocrites”.


D'autres qui ne se rendent pas au Banquet sont ceux qui ont cinq paires de bœufs à essayer. Les Pères Saints nous disent que ce sont les cinq sens qui eux-mêmes se manifestent par deux (deux yeux, deux oreilles, deux mains, deux narines etc.…). Par ces cinq sens l'homme peut labourer si l'on peut dire, œuvrer, semer, s'émerveiller, participer à la Création. Par les yeux, par la bouche il s'émerveille naturellement de la Création. La lumière toute seule, ses yeux tout seuls, louent la Création. Par ses oreilles lui est donné ce pouvoir étrange de communiquer, ce don unique, merveilleux de la parole qui a tout créé : il est vraiment à l'image et à la ressemblance de Dieu. Par Lva s'éloigner du Banquet, tel est le chemin du vieil homme. Mais lui aussi dira “excuse-moi. Ce qui est extraordinaire, c'est que ce monde qui tombe de plus en plus, ce monde du vieil homme, il continue à dire “excuse-moi”.


Le troisième, c'est celui qui dit : « non, je ne peux pas venir, je me marie . ». Celui-là ne dit pas : “excuse-moi”. Pourquoi ne dit-il pas “excuse-moi” ? Celui-là malheureusement, c'est celui qui tombe au comble du péché, il est vraiment dans l'hérésie, il est dans l'adultère. Le Christ Lui-même dit “génération adultère”. Celui qui se sépare, qui au lieu d'appartenir à l'Église, l'Épouse sans tache du Christ notre Dieu, celui-là se sépare et va vers une union qui est un asservissement à Satan. Celui-là ne dit plus “excuse-moi” et les hérésies insultent l'Église. C'est l'apostasie véritable.

Pour sauver ce vieil homme perdu, le Christ notre Dieu s'incarne de la Toute Pure, c'est Lui Qui prend tous nos péchés, et puisque nous nous détournons, c'est Lui qui va venir et c'est Lui Qui va se tourner vers le Père, Qui va obéir jusqu'à la mort et puisque nous ne faisons pas pénitence, va faire pénitence pour nous… C'est Lui Qui va se faire obéissant jusqu'à la Croix, c'est ce que nous disons quand nous disons “ Notre Père, que Ton Nom soit sanctifié” et c'est de Lui que parle l'Apôtre Paul quand il dit que l'homme nouveau est réconcilié par la nouvelle et éternelle Alliance. : ce sont les paroles mêmes qui sont employées lors de la consécration des Saints Dons.

L'homme Nouveau, c'est celui qui par le Sang versé, par le sang du Christ, appartient par le sang du Christ, par le Sang qu'il a reçu, qu'il a recueilli dans la Communion, participé, devient l'homme nouveau, le nouvel Adam. L'homme peut devenir ce Nouvel Adam. Ce nouvel Adam, il peut le devenir en participant au Banquet et en portant la robe de pénitence, la robe nuptiale qui est à la fois la robe de celui qui a dépouillé le vieil homme, qui a enlevé le vêtement du vieil homme, la tunique de peau, cet homme-là qui a revêtu le Christ dans le baptême. “Vous tous qui avez été baptisé en Christ, vous avez revêtu le Christ“ et nous savons que la pénitence est le nouveau baptême, nous savons que les larmes de la pénitence sont l'eau du deuxième baptême, nos Pères nous l'enseignent aussi et l'Apôtre nous rappelle que cet homme qui est l'homme nouveau dans le Banquet, il vit vraiment les Béatitudes que le Christ nous a enseignées.

“Bienheureux les pauvres en esprit”, ceux qui mettent leur espoir non dans les richesses, mais dans les épreuves que le Christ nous envoie, le long du chemin, pour nous faire entrer par force dans le Royaume, Lui Qui veut sauver tous, afin que tous glorifient le Père, le Fils et le Saint Esprit, aux siècles des siècles, amen !


XII 1995


#sermons #Pentecôte #MicheldeCastelbajac